16 December, 2019
HomeOn InformeViolences faites aux femmes : au travail aussi

Violences faites aux femmes : au travail aussi

Une femme sur cinq déclare des faits de violences

Les récentes affaires qui ont fait la une de l’actualité (Weinstein, Baupin, Ligue du LOL…) ainsi que les hashtags #MeToo et #BalanceTonPorc ont mis en lumière une triste réalité : si le premier lieu des violences envers les femmes reste le foyer, on ne peut ignorer l’ampleur des phénomènes de violences au travail. Les derniers chiffres de l’Ined viennent le confirmer.

Réalisée en 2015 auprès d’un échantillon de plus de 27 000 femmes et hommes résidant en ménage ordinaire sur le territoire métropolitain, l’enquête « Violences et rapports de genre » (Virage) constitue un outil majeur de mesure et d’analyse des violences de genre.

L’ouvrage qui en résulte, à paraître en mars 2020, permet d’apporter les éléments pertinents nécessaires aux réflexions en cours sur les violences, et notamment celles faites aux femmes, à travers trois domaines : dans la sphère familiale, en couple et au sein de leur activité professionnelle.

C’est ainsi qu’on apprend que, au travail, au cours des douze derniers mois étudiés, une femme sur cinq (et plus d’un homme sur sept) ayant exercé une activité professionnelle d’au moins 4 mois déclarent des faits de violences, de l’insulte aux atteintes sexuelles, des pressions psychologiques aux agressions physiques.

Des chiffres qui n’étonnent personne, alors que les récentes affaires qui ont fait la une de l’actualité (Weinstein, Baupin, Ligue du LOL…) ainsi que les hashtags #MeToo et #BalanceTonPorc ont mis en lumière cette triste réalité.

Violences sexuelles et sexistes

Les insultes et les pressions sont le plus couramment déclarées, et un peu plus souvent par les femmes (15 % contre 12 %), mais les violences sexuelles et sexistes sont loin d’être rares et concernent 4 % des femmes et 2 % des hommes.

Les personnes ayant déclaré des violences vivent plus souvent seules ou en situation monoparentale que les autres, en particulier les femmes atteintes par les violences sexuelles. Elles sont plus souvent en situation financière précaire et ont un état de santé moins bon, notamment lorsqu’elles ont subi des violences sexuelles avec contact.

Quelle que soit leur catégorie, les fonctionnaires déclarant des violences sont également surreprésentées (1 femme sur 5).

Qui sont les auteurs des violences ?

Les auteurs des violences au travail sont principalement de trois ordres : les supérieurs hiérarchiques, les collègues, les acteurs/actrices externes (fournisseurs, usagers, clientèle…), alors que les subordonnés sont rarement mis en cause.

Concernant les violences sexuelles et sexistes, les femmes sont victimes d’hommes de tout statut. Pour les insultes et pressions psychologiques, les auteurs appartiennent avant tout à la hiérarchie. Les hommes mettent en cause majoritairement des hommes, quel que soit leur statut ; les femmes mettent en cause une diversité d’auteurs : femmes collègues, hommes et femmes pour les acteurs externes, supérieurs hiérarchiques.

Bien que les victimes se confient, près de 3 personnes sur 10 subissent des répercussions professionnelles graves et dans 6,5 % des cas seulement, elles obtiennent réparation.

Share

Rejoignez la Lettre des Femmes !