7 December, 2019
HomeOn InformeTariq Ramadan : « Je serai capable de pardonner quand elles auront payé leur dette de Justice »

Tariq Ramadan : « Je serai capable de pardonner quand elles auront payé leur dette de Justice »

L’islamologue mis en examen pour des crimes sexuels se présente comme victime d’une injustice !

D’excuses aux plaignantes, il n’en est pas question, seulement à Dieu, à sa famille, à sa femme, « à tous ceux qui ont pu être déçus. »

Tariq Ramadan était reçu ce vendredi chez Bourdin à l’occasion de la parution d’un livre d’auto-blanchiment. Le prédicateur accusé de plusieurs viols y promet de révéler « tout ce qu’on (nous) a caché » ! Même s’il n’emploie pas le mot « complot », c’est tout comme, évoquant, à gauche, l’essayiste Caroline Fourest et, à l’extrême-droite, Alain Soral, il affirme avoir vu « une convergence d’intérêts entre ses ennemis ».

L’islamologue mis en examen pour des crimes sexuels se présente comme victime d’une injustice raciste et il ose une comparaison obscène : « Sans tomber dans la caricature, écrit-il, n’existe-t-il vraiment aucune similitude entre l’affaire Dreyfus et l’affaire Ramadan » ? Et voilà comment il se range dans le camp des victimes du racisme antimusulman en France. Puis il ajoute que « si la France, pour son malheur, n’enfante plus de Zola, elle semble reproduire des Dreyfus, hier juifs, aujourd’hui musulmans ».

C’est étrange cette tendance éhontée qu’ont les islamistes à se comparer aux juifs persécutés. Lui, violent ? Négatif ! Lui se dépeint en « homme de paix, de dialogue ». Il zappe ainsi ses propres SMS au lendemain des faits présumés ? : « J’ai senti ta gêne. Désolé pour ma violence. Tu en veux encore ? ». Les plaignantes ne seraient pourtant que « des menteuses ». Et si lui a menti, c’est, dit-il, pour protéger sa vie privée. Pendant près d’un an, il a nié connaître les deux premières plaignantes, puis a reconnu les avoir croisées en marge d’une conférence.

Et enfin, après quasiment un an d’enquête, il a reconnu avoir eu avec elles des relations sexuelles soit disant « parfaitement consenties »… !

Share

Rejoignez la Lettre des Femmes !