10 December, 2019
HomeBilletQu’est-ce que je vais faire à manger ce soir ?

Qu’est-ce que je vais faire à manger ce soir ?

Billet d’humeur / d’humour

Ah ! L’éternelle question…  : “ Qu’est-ce que je vais faire à manger ce soir ? “ .

Cette phrase, avec un point d’interrogation à la fin, tourne en boucle 365 jours sur 365 jours, sans parler des années bissextiles qui comportent un jour supplémentaire.

A moins d’avoir un mari ou un compagnon qui soit un chef étoilé, cette question revient la plus part du temps à la femme… oui, je sais, à l’ère de la parité, (enfin parité-parité, faut le dire vite) et surtout de la charge mentale, on n’est pas encore au bout de nos peines… mais ça c’est un autre sujet !

On ne peut pas nourrir sa famille avec du jambon-pâtes tous les soirs. Ben non, ce serait trop facile, et j’imagine que si votre petite famille tenait à la main, pendant le dîner, une petite pancarde avec des chiffres qui vont de 0 à 10. Vous auriez 0.

Sauf si vous avez des enfants en bas âge, là, la petite pancarte afficherait hystériquement un 10. Les enfants adorent les pâtes au jambon. Mais un mari, et des ados, ça à faim le soir après le boulot et le lycée, et ça adorent des plats compliqués et variés… enfin, ça dépend…

A l’époque préhistorique, c’est l’homme qui rapportait le mamouth, et un mamouth, ça permettait de bien manger pendant 15 jours, voir, tout le mois. C’était pratique.  Sauf, que les mamouths on n’en trouve plus, (à part les magasins qui portent le même nom), et surtout… l’homme moderne ne part plus à la chasse chaque matin. Dommage !

Alors quotidiennement, après le petit déjeuner en famille et avant de partir au bureau, vous répétez : “ Qu’est-ce que vous voulez manger ce soir ? “. L’homme en général, répond, son mug de café à la main tout en cherchant un truc dans les placards de la cuisine: “ Roooh, ch’ais pas, essaye d’être inventive ! “. Puis il continue après avoir ouvert quatre portes de placard : “ J’trouve pas le sucre ! “

Vous intervenez, agacée  : “ Et pourquoi ce serait à moi d’être inventive ? J’ai une vie après le petit déj, j’ai un boulot MOI AUSSI ! Déjà que je me tape les courses en rentrant du bureau…“. 

Votre homme vous regarde interloqué, ne comprenant pas pourquoi vous êtes énervée dès l’aube. Puis vous sortez votre deuxième tirade :“ Le sucre est sous ton nez, là, sur la table. “

Vous attendez cinq minutes en buvant calmement votre thé vert, et relancez votre phrase : “ Bon, alors… qu’est ce que vous voulez manger ce soir ? “. Vos ados, le nez collé dans leur bol de corn-flakes, la mèche rebelle trempant dans le lait, répondent  avec une voix inaudible: “ P’tainch, m’manch, tuch parlches de bouffe alorche qu’on n’esche qu’auch p’tich dech… pffffch ! “.

Et, chaque matin, sans aucune réponse de la part de votre famille “ Ricorée“. Vous prenez votre sac, vos clés de voiture et vous leur hurlez du couloir : “ J’y vais, à ce soir… et rangez la cuisine avant de partir ! “

Pas besoin d’être une petite souris pour connaître la réplique de votre cher et tendre

: “ Hou làlà ! Elle est chiante votre mère le matin avec ses questions. “

Et vos ados, entre leurs dents baguées, lâcheront  sûrement : “ Wesh ! Grave ! “

Ok, votre sortie façon “ Au théâtre ce soir “, c’est bien gentil, mais ça n’a pas résolu votre problème. Il est huit heures trente et dans les embouteillages, vous décidez de vous en foutre. En rentrant du bureau ce soir, vous passerez au Monop ou chez Picard, pour chopper ce qui vous tombera sous le nez. Et toc ! Bien fait pour eux. Ils n’ont qu’à être coopérant.

Mais comme vous êtes une bonne mère et une femme aimante, telle une louve, vous voulez nourrir correctement votre famille. Oui, ça doit être dans les gènes de la femme. Alors, cachée derrière votre ordi pendant que Jean-Marc, votre voisin d’open-space est parti aux toilettes, vous feuilletez votre magazine féminin en espérant trouver une recette simple et sympa à faire ce soir… mais en général, pour ce genre de recette il faut au moins deux heures de préparation, plus deux heures de cuisson.

Pas faisable en rentrant à la maison à 19 heures 30.

Tout en planquant votre magazine sous le dossier “ urgent“, en cours, (car Jean-Marc vient de regagner son poste)… vous vous dites, et surtout vous êtes persuadée, que si vous leur préparez un gratin de légumes, tout le monde va faire :

“ Oh, nooon, j’aime pas le gratin de légumes. “. Si vous optez pour un rôti de veau, votre ado va vous répondre : “ Beurk… pas de viande, je suis végétarienne depuis ce matin. “. Si vous mijotez un curry de poulet, votre homme vous sortira : “ Pffff, un curry de poulet avec du riz le soir, tu sais bien que je suis au régime et je ne digère pas le curry ! “. Et si par hasard vous leur faite une petite salade césar, votre petite famille vous lancera en pleine poire : “ C’est tout ? Y’a que de la salade ? On n’est pas des lapins… “. Et ils termineront par la phrase qui tue : “ Y’a jamais rien à manger ici ! “

Alors “ Qu’est ce que je vais leur faire à manger ce soir ? “… Tout simplement : des pâtes au jambon… avec un peu de gruyère, pour varier…

Véronique Grisseaux, scénariste

Share

Rejoignez la Lettre des Femmes !