7 December, 2019
HomeOn InformeCulturePremiers résultats de la légalisation du cannabis au Canada.

Premiers résultats de la légalisation du cannabis au Canada.

L’exemple canadien, un modèle pour la France ?

Alors que le cannabis récréatif est légal au Canada depuis un an, une étude menée au dernier trimestre permet de dresser un premier bilan.

Malgré les prédictions comiques selon lesquelles le Canada deviendrait « un défoncé vivant dans le grenier de l’Amérique« , les premiers résultats d’une enquête nationale soulignent que rien n’a beaucoup changé en matière de consommation.

15% des Canadiens de 15 ans et plus (4,6 millions de personnes) déclarent avoir consommé du cannabis au cours des trois derniers mois. Pourcentage similaire à celui qui avait été rapporté avant la légalisation.

La consommation de cannabis ces trois derniers mois est plus élevée chez les 18 à 24 ans (33%) que chez les autres groupes d’âge (allant de 5% à 21%).

Le taux de consommation de cannabis reste plus élevé chez les hommes (19%) que chez les femmes (11%).

Trois Canadiens sur dix sont d’anciens consommateurs de cannabis qui déclarent ne plus vouloir en consommer.

En revanche, la plupart des utilisateurs quotidiens ou presque quotidiens (93%) et hebdomadaires (84%) pensent qu’ils continueront à consommer au cours des prochains mois à la même fréquence.

Ils mettent en avant un certain nombre de facteurs dans leur décision d’achat du cannabis par les voies légales. La qualité et la sécurité arrivent en tête (76%), suivies du prix – plus bas (38%) et l’accessibilité (33%).

Les dernières recherches

Voici le résumé d’une récente étude tout à faire surprenante, réalisée par Evelina Gavrilova, Takuma Kamada, et Floris Zoutman (respectivement deux économistes et un criminologue) :

« Nous étudions les effets des lois autorisant l’usage du cannabis thérapeutique sur la criminalité… À partir de données issues de l’Uniform Crime Reports (U.C.R), nous montrons que l’introduction de ces lois a fait baisser de 12,5 % le nombre de crimes violents (tels que les homicides, agressions et vols) dans les États limitrophes du Mexique. Nous montrons aussi que ces crimes diminuent à mesure qu’on se rapproche de la frontière (dans les comtés situés à moins de 350 km)…

L’analyse des données du « Supplementary Homicide Reports » révèle que la diminution de ces crimes peut largement être attribuée à la baisse des meurtres liés à la drogue. Nous apportons les preuves que l’introduction d’une loi en faveur du cannabis thérapeutique dans un État donné permet, tel un effet propagateur, la diminution des crimes dans son État voisin.

Nos résultats corroborent l’idée que l’assouplissement de la réglementation sur le cannabis thérapeutique réduit l’activité des organisations de trafics mexicains dans la zone frontalière. Ces organisations font ainsi face à une concurrence légale, qui entraine ainsi une baisse significative de leurs profits dans l’un des marchés de la drogue les plus lucratifs. »

L’impact économique en France serait :

Recettes fiscales : environ 2,5 milliards d’Euros

Nouveaux emplois : 27 000 à 80 000

Cotisations sociales : 250 à 750 millions d’euros

Les informations sur les facteurs que les consommateurs jugent importants lorsqu’ils choisissent une source de cannabis peuvent aider les gouvernements et les organisations à élaborer des politiques et des initiatives efficaces incitant les consommateurs à acheter auprès de sources légales.

Share

Rejoignez la Lettre des Femmes !