7 December, 2019
HomeOn InformeCultureMontessori était une femme!

Montessori était une femme!

Maria Montessori, femme d’apprentissage et féministe convaincue.

Maria Montessori, éducatrice et médecin, a été la première femme italienne à obtenir un diplôme de médecine. Elle est à l’origine de la méthode d’éducation Montessori pour les enfants.

Sa jeunesse

Le 31 août 1870, Maria Montessori nait  à Chiaravalle, en Italie. Son père, Allessandro Montessori, un officier de l’armée à la retraite, est très traditionnel. Sa mère, Renilde Stoppani Montessori, est une femme intelligente et moderne issue d’une famille aisée. Elle apprend à sa fille à faire preuve de compassion en lui confiant la tâche de tricoter pour les pauvres chaque jour. Beaucoup plus tard, en tant qu’enseignante, Montessori inclura ce travail dans ses programmes pour enfants en les appelant  » exercices de la vie pratique « .

Dans le primaire, Montessori est une très bonne élève. Elle excelle aux examens et elle entraine ses camarades de classe dans de nombreux jeux. Mais elle trouve la configuration de la salle de classe et les cours très ennuyeux. A la fin du primaire, elle demande à ses parents si elle peut continuer à étudier. Ce n’est pas courant à l’époque. Les filles ne sont pas franchement incitées à poursuivre leurs études.

Son père tente de la décourager. Mais cependant, avec le soutien de sa mère, elle se prépare à une future carrière. À l’âge de douze ans, la famille déménage à Rome, pour profiter des meilleurs établissements scolaires. Son intérêt pour les technologies de l’ingénierie et les mathématiques l’amène à s’inscrire dans un institut technique à l’âge de 14 ans. Plus tard, son goût prononcé pour la biologie l’incite à étudier la médecine. Cette décision nécessite du courage. La société est très phallocratique.

Sa vie professionnelle

En 1894, Montessori devient la première femme médecin en Italie. Ses expériences la confortent dans ses idées féministes (en faveur de l’égalité des sexes). Tout au long de sa vie, elle participera à des événements internationaux.

Montessori commence sa carrière en tant que médecin assistant à la clinique psychiatrique de l’Université de Rome, où elle établit ses premiers contacts avec des enfants handicapés mentaux. Elle est convaincue que le problème de la prise en charge de ces enfants relève autant de la méthode d’enseignement que du traitement médical. En 1898, elle est nommée directrice de l’École ortho phrénique d’État à Rome, dont le rôle est de s’occuper des enfants  » désespérément déficients  » et  » idiots  » de la ville. Elle remporte beaucoup de succès en enseignant elle-même aux enfants, tout en appliquant et perfectionnant ses méthodes uniques. En 1901, Montessori quitte l’école pour poursuivre ses études et ses recherches.

En 1906, le gouvernement italien confie à Montessori la responsabilité d’une école publique dans le quartier de San Lorenzo à Rome, qui compte soixante enfants âgés de trois à six ans issus de familles en situation de pauvreté. À cette époque, ses premiers succès auprès des enfants handicapés mentaux l’incitent à essayer les mêmes méthodes d’éducation avec des enfants « normaux ». Elle utilise ce qu’elle appelle un  » environnement préparé  » pour créer une atmosphère propice à l’apprentissage, c’est-à-dire de petites chaises et tables au lieu de rangées de bureaux.

Les caractéristiques de base de sa méthode : le développement de la curiosité naturelle de l’enfant par le biais d’une liberté de comportement responsable et individuelle, l’amélioration de la perception des cinq sens (entendre, voir, goûter, toucher, sentir) à travers la formation et le développement de la coordination corporelle au moyen de jeux et d’exercices. L’enseignant a pour fonction de fournir un matériel pédagogique et d’agir en tant que conseiller et guide, en restant le plus possible en arrière-plan.

La méthode Montessori

La conception de Montessori sur la nature de l’enfant, sur laquelle repose la méthode Montessori, est que les enfants traversent une série de  » périodes sensibles  » avec des  » moments créatifs « . C’est alors que les enfants ont la plus grande capacité d’apprentissage, qui doit être mise à profit. Ils ne doivent pas être retenus par des programmes ou des cours forcés et rigides. Le travail, pense-t-elle, est une récompense en soi pour l’enfant. Et l’autodiscipline (se contrôler) émerge de la liberté de l’environnement d’apprentissage.

Montessori était fondamentalement en contradiction avec les autres méthodes éducatives du vingtième siècle. Ainsi, elle n’était utilisée que par peu d’écoles privées. Depuis le début des années 50, toutefois, son système a connu un vif regain d’intérêt. Ses œuvres ont été traduites dans au moins vingt langues et des écoles ont été créées dans de nombreux pays.

Share

Rejoignez la Lettre des Femmes !