16 December, 2019
HomeOn InformeCultureLevons le voile sur le voile

Levons le voile sur le voile

Raisons religieuses, culturelles, politiques et de mode

Porter ou ne pas porter le voile est lié à la religion, à la culture, à la politique, parfois à la mode.

Autrefois les femmes des trois religions monothéistes, les chrétiennes, les juives et les musulmanes portaient un voile ?, de type hijab.

Aujourd’hui, il est principalement porté par les musulmanes, qu’il soit imposé ou utilisé comme marqueur d’identité.

Différents types de voiles

Il existe différents types de voiles, selon les coutumes, l’interprétation des textes, l’ethnicité, la situation géographique et le régime politique. Le plus rare est la burqa.

– Le hijab est un foulard qui couvre la tête et le cou, mais expose le visage. C’est le plus couramment porté en France.

– Le niqab (réservé principalement aux pays du Golfe Persique) couvre le visage, la tête et le corps mais expose les yeux.

– La burqa (principalement en Afghanistan pachtoune), couvre tout le corps, avec des ouvertures au crochet au niveau du regard.

– Le tchador (surtout en Iran) est un manteau de couleur noire ou foncée, qui couvre la tête et tout le corps.

– Le qamis shalwar est la tenue traditionnelle des hommes et des femmes sud-asiatiques, quelle que soit leur appartenance religieuse, composée d’une tunique qui s’arrête au genou et d’un pantalon.

Histoire ancienne

Le mot hijab est pré-islamique. Il signifie filtrer, séparer, cacher, rendre invisible. Dans les langues arabes modernes, le mot se réfère à une gamme de vêtements convenables pour les femmes, mais aucun d’entre eux n’inclut une couverture faciale.

Le port du voile – et la ségrégation des femmes – sont beaucoup, beaucoup plus anciens que la civilisation islamique, qui a vu le jour au VIIe siècle de notre ère. Certaines images laissent supposer que sa pratique date d’environ 3 000 ans avant notre ère. La première référence écrite remonte au XIIIe siècle avant notre ère. Les femmes assyriennes mariées et les concubines devaient porter le voile en public. Les esclaves et les prostituées en avaient l’interdiction. Les femmes devaient le porter dès lors qu’elles se mariaient. Le voile signifiait : « elle est ma femme ».

Le port du châle ou du voile sur la tête était courant dans les cultures de l’âge de bronze et de l’âge de fer en Méditerranée – il semble avoir été occasionnellement utilisé par les peuples du sud, des Grecs et des Romains aux Perses. Les femmes de la haute société portaient un châle sur leur tête comme une cagoule qui couvrait leurs cheveux en public. Les Égyptiens et les Juifs autour du IIIe siècle avant notre ère ont adopté une coutume similaire. Les femmes juives mariées devaient couvrir leurs cheveux, lesquels étaient considérés comme un signe de beauté et un bien privé appartenant au mari et ne devant pas être partagé en public.

Histoire de l’Islam

Bien que le Coran n’impose pas explicitement aux femmes d’être voilées ou isolées de la participation à la vie publique, les traditions orales racontent que cette pratique était à l’origine réservée aux femmes de Mahomet. Le prophète demandait à ses épouses de porter des voiles faciaux pour les mettre à part, pour indiquer leur statut particulier et pour les éloigner socialement et psychologiquement des visiteurs.

Le port du voile est devenu une pratique répandue dans l’Empire islamique environ 150 ans après la mort de Mahomet (dans les classes aisées, les femmes, les concubines et les esclaves étaient cantonnées à l’intérieur, dans des quartiers séparés, considérées et traitées comme des biens. Ce qui n’était pas le cas dans la plupart des familles, plus modestes, qui avaient besoin de leur participation active, dans le cadre des tâches domestiques notamment.)

Existe-t-il une loi ?

Dans les sociétés modernes, le port forcé du voile est un phénomène récent. Jusqu’en 1979, l’Arabie saoudite était le seul pays à majorité musulmane à exiger que les femmes soient voilées lorsqu’elles sortaient en public – loi incluant les femmes étrangères, quelles que soient leurs religions. Aujourd’hui, le port du voile n’est légalement imposé aux femmes que dans quatre pays : Arabie Saoudite, Iran, Soudan et la province d’Aceh en Indonésie.

En Iran, le tchador a été imposé aux femmes après la révolution islamique de 1979, lorsque l’ayatollah Khomeini est arrivé au pouvoir. Ironie de l’histoire, cela s’est produit en partie parce que le Shah d’Iran avait établi des règles interdisant aux femmes qui portaient le voile d’obtenir une éducation ou un emploi au gouvernement. Les femmes, y compris celles qui ne portaient pas le voile, ont protesté dans les rues pour réclamer le droit de porter le tchador. Résultat: lorsque l’ayatollah est arrivé au pouvoir, ces femmes ont constaté qu’elles n’avaient pas obtenu le droit de choisir, mais qu’elles étaient désormais contraintes de le porter.

Oppression

En Afghanistan, les sociétés ethniques pachtounes ont facultativement porté une burqa qui couvre tout le corps et la tête de la femme avec une ouverture au crochet ou en filet pour les yeux. À l’époque préislamique, la burqa était le mode d’habillement des femmes respectables de toute classe sociale. Mais lorsque les talibans ont pris le pouvoir en Afghanistan dans les années 1990, leur utilisation s’est répandue et imposée.

Dans les pays qui ne sont pas majoritairement musulmans, il est souvent difficile ou dangereux de faire le choix personnel de porter le hidjab, car les populations majoritaires considèrent le costume musulman comme une menace. Les femmes sont victimes de discrimination, de moqueries et parfois d’agressions parce qu’elles le portent peut-être plus souvent que dans les pays à majorité musulmane.

Qui porte le voile et à quel âge ?

L’âge auquel les femmes commencent à porter le voile varie selon la culture. Dans certaines sociétés, le port du voile est limité aux femmes mariées ; dans d’autres, les filles commencent à le porter après la puberté, dans le cadre d’un rite de passage indiquant qu’elles sont désormais adultes. Certaines femmes cessent de porter le hidjab après la ménopause, tandis que d’autres le portent toute leur vie.

Il existe une grande variété de styles de voiles. Certaines femmes ou leurs cultures préfèrent les couleurs foncées ; d’autres portent une gamme complète de couleurs, brillantes, à motifs ou brodées. Certains voiles sont simplement des foulards transparents noués autour du cou et des épaules ; à l’autre extrémité du spectre se trouvent des manteaux noirs et opaques sur tout le corps, avec des gants pour couvrir les mains et des chaussettes épaisses pour couvrir les chevilles.

Mais dans la plupart des pays musulmans, les femmes ont la liberté légale de choisir de porter ou non le voile, et quel type de voile elles choisissent de porter. Cependant, dans ces pays et dans ceux où les musulmans sont minoritaires, il existe souvent un conformisme familial, social et religieux. La tradition est respectée.

Fondement religieux du port du voile

Trois principaux textes religieux islamiques traitent du port du voile : le Coran, achevé au milieu du VIIe siècle de notre ère et ses commentaires (appelés tafsir) ; le hadith, un recueil en plusieurs volumes de brefs rapports de témoins oculaires des paroles et des actes du prophète Mahomet et de ses disciples, considéré comme un système juridique pratique pour la communauté ; et la jurisprudence islamique, établie pour traduire la loi de Dieu (charia), telle qu’elle est présentée dans le coran.

Mais dans aucun de ces textes on ne trouve d’injonction sur le port du voile. Dans le Coran, hijab signifie « séparation », semblable à la notion indo-persane de purdah. Le verset le plus souvent lié au port du voile est le « verset du hijab », 33:53. Dans ce verset, le hijab fait référence à un rideau de séparation entre les hommes et les femmes du prophète :

« Et quand vous demandez un objet à ses femmes, demandez-le derrière un rideau (hijab) ; c’est plus propre pour vos cœurs et pour les leurs. » (Coran 33:53, tel que traduit par Arthur Arberry, dans Sahar Amer)

Pourquoi les femmes musulmanes portent-elles le voile ?

Certaines femmes portent le hidjab comme pratique culturelle propre à la religion musulmane et comme moyen de renouer des liens profonds avec leur culture et religion.

Certains musulmans afro-américains l’adoptent comme un signe d’affirmation de soi après des siècles d’esclavage au cours desquels les femmes étaient forcées de se dévoiler.

Certaines souhaitent simplement être identifiées comme musulmanes.

Certaines choisissent de le faire parce que leur famille, leurs amis et leur communauté le font, pour affirmer leur sentiment d’appartenance.

Certaines jeunes filles l’adoptent pour montrer qu’elles sont adultes.

Pourquoi certaines femmes musulmanes ne portent pas le voile ?

Certaines choisissent d’arrêter de porter le voile lorsqu’elles réalisent que les Ecritures ne l’exigent pas.

Certaines parce que le Coran dit de « ne pas attirer l’attention sur soi ».

D’autres femmes musulmanes modernes pensent que la question du voile détourne l’attention de questions graves comme la pauvreté, la violence familiale, l’éducation ou le patriarcat.

Share

Rejoignez la Lettre des Femmes !