12 November, 2019
HomeOn InformeArtsLes femmes sous les projecteurs, mais seules quelques-unes derrière l’objectif

Les femmes sous les projecteurs, mais seules quelques-unes derrière l’objectif

Un nouveau prix vise à mettre en lumière un déséquilibre entre les sexes dans la photographie.

Lorsque Susan Meiselas, célèbre photographe de l’agence Magnum, apprend qu’elle va recevoir le premier prix  » Women in Motion  » aux Rencontres d’Arles, c’est peu de dire qu’elle est surprise. Car derrière « Women in Motion », il y a le groupe Kering, le conglomérat propriétaire de Gucci, Yves Saint Laurent et Balenciaga. La mode, le luxe, un monde aux antipodes du sien, celui du photojournalisme.

 » Je suis sans doute la personne la moins à la mode que vous connaissiez « , sourit la photographe, née à Baltimore, âgée de 71 ans, le mois dernier lors d’une chaude soirée d’été dans son studio de Mott Street, à Manhattan.  » Je suis sérieuse. « 

Ce soir-là, elle porte une chemise à manches courtes en madras qu’elle a achetée en Inde  » il y a environ 35 ans « , un pantalon noir et des chaussures de jogging fuchsia. Des lunettes de lecture perchées sur ses cheveux auburn mi longs. Pas de maquillage.

La mode, qui s’associe depuis longtemps aux artistes contemporains, s’intéresserait-t-elle désormais aux domaines du documentaire et de l’information pour donner à ses produits un air plus sérieux – ou moins frivole ?

Peut-être. Bien que François-Henri Pinault, directeur général de Kering, ait déclaré que ce prix était la reconnaissance d’un déséquilibre hommes-femmes qui perdure depuis longtemps.

Environ 75% des étudiants en photographie dans le monde sont des femmes, mais seulement 15% d’entre elles parviennent à transformer leurs compétences en carrière, déclare Kering dans son communiqué d’annonce du prix. Il note également que les femmes n’avaient pris que 12% des images parues dans les quotidiens français en 2017 et que peu de gagnants du World Press Photo en 2015, 2016 et 2017 étaient des femmes.

Dans la publicité, la disparité est pire : Jill Greenberg, photographe et fondatrice d’Alreadymade, un répertoire en ligne de femmes photographes, souligne que son analyse de la production des agences de publicité de 2013 à 2017 montre que les femmes sont à l’origine de moins de 10% de toutes les images publicitaires.  » La photographie commerciale est toujours perçue comme un travail d’hommes. Les femmes n’obtiennent pas les mêmes opportunités. »

 » Où sont les femmes ?  » titrait Libération l’année dernière à propos des rencontres photographiques d’Arles.  » Douze grandes expositions masculines contre trois féminines  : pour son édition 2018, la manifestation a encore une vision androcentrée de l’art. « 

Afin de commencer à combler cet écart, Sam Stourdzé, le directeur des Rencontres d’Arles, a travaillé avec Kering pour créer le prix, présenté cette année dans le cadre de la 50ème édition du salon. Il comprend un chèque de 25 000 euros. À titre de comparaison, le lauréat du World Press Photo gagne 10 000 € et le lauréat du prix Pulitzer 15 000 €.

François Pinault souligne qu’il considère ce prix comme un prolongement naturel du forum / récompense  » Women in Motion  » organisé pendant le Festival de Cannes et conçu pour attirer l’attention sur le manque de représentation féminine dans l’industrie du film.

C’est un argument valable, mais un prix est-il la solution ? Ne serait-il pas plus logique de simplement employer des femmes photographes plutôt que de créer un prix célébrant les réalisations professionnelles ?

 » Nous pensons que nous parviendrons à l’égalité en provoquant la discussion, en participant à des recherches qui alimenteront le débat, en créant les conditions du changement et en mettant en lumière les talents féminins « , indique une porte-parole du groupe Kering dans un communiqué.

Kering n’a pas encore demandé à Susan Meiselas de photographier une campagne publicitaire pour l’une de ses marques. Et si une telle demande arrivait, elle n’est pas sûre d’accepter.

 » Je ne connais pas l’ensemble des marques de luxe, car ce n’est pas ma vie « , explique-t-elle.  » Mais je sens que je suis toujours une femme en mouvement. »

Share

Rejoignez la Lettre des Femmes !