10 December, 2019
HomeOn InformeArtsLes femmes n’ont pas la cote

Les femmes n’ont pas la cote

Vers l’égalité des genres sur le marché de l’art… ?

Le genre a-t-il une influence sur la valeur d’un artiste? Les femmes ne représentant que 14% du chiffre d’affaires mondial des 500 plus grands artistes contemporains au monde, on peut dire que le marché de l’art contemporain est dominé par les hommes. Cependant, si nous examinons les artistes nés après 1980, le pourcentage de femmes s’élève à 31%. Donc le marché progresse lentement vers la parité hommes-femmes, même si le déséquilibre reste important.


Il y a trente ans, un groupe d’artistes féministes se faisant appeler les Guerrilla Girls publiquement dénonce la domination flagrante des artistes masculins dans les collections de musées. Leur slogan à l’époque : « Les femmes doivent-elles être nues pour entrer au Metropolitan Museum? »

Car les femmes sont beaucoup plus représentées dans les musées comme des objets nus que comme des sujets de création. Sous-représentées dans les institutions culturelles, les femmes ont également été marginalisées dans la sphère du marché de l’art. Il en résulte un énorme fossé entre la valeur des œuvres d’artistes hommes et des artistes femmes.

En 2016, une étude menée par la commissaire américaine Maura Reilly a montré que seulement un quart des expositions rétrospectives organisées à la Tate Modern de Londres avaient pour sujets des femmes artistes. Depuis la publication de cette étude, il semblerait que certains musées prestigieux, comme le MoMA ou le Whitney, tentent de corriger ce déséquilibre.

Un certain nombre de femmes artistes reconnues ont récemment bénéficié d’expositions majeures dans des musées importants et certains prix prestigieux ont été décernés à des femmes. Cela n’est pas surprenant compte tenu du fait que les questions relatives à l’égalité des sexes et à la parité hommes / femmes ont pris une place prépondérante dans les débats publics dans de nombreux pays.

En septembre 2016, l’artiste française Annette Messager a reçu le Praemium Imperiale, l’équivalent du prix Nobel d’art. En mai 2017, Carolee Schneemann, pionnière de l’art de la performance féministe, a reçu un Lion d’or en reconnaissance de sa carrière artistique à la Biennale de Venise. Entre octobre 2017 et février 2018, le MoMA organise une première rétrospective aux États-Unis pour Carolee Schneemann.

Au sommet du marché de l’art, certaines transactions récentes semblent également suggérer que le sexe n’est plus un facteur d’évaluation déterminant. Le marché de l’art étant très sensible à la «nouvelle culturelle», les musées jouent un rôle important dans la dynamique des résultats du marché des enchères. Afin de réduire cet écart, certains musées et galeries ont organisé des expositions rassemblant des œuvres exclusivement féminines (le MoMA, avec Making Space: « Women Artists et Post Abstraction », la Saatchi Gallery à Londres avec « Champagne Life »). Toutes ces initiatives sont  louables car elles visent à corriger un déséquilibre et à générer une exposition au marché pour ces artistes. Cependant, les artistes eux-mêmes ne souhaitent pas être réduits à une catégorie basée sur le genre. Cela conduirait inexorablement à une autre forme de sexisme car au final, les femmes doivent bénéficier des mêmes vecteurs de reconnaissance que les hommes… c’est-à-dire parce qu’elles sont de vraies artistes et non pas parce qu’elles sont des femmes.

Que doivent faire les femmes pour avoir la cote?

Share

Rejoignez la Lettre des Femmes !