3 July, 2020
HomeJe m'informeCultureLes femmes et la philosophie

Les femmes et la philosophie

Pourquoi si peu de femmes philosophes ?

La philosophie est-elle une zone de liberté pour les femmes ?

Certains pensent que les femmes en général sont moins à l’aise que les hommes dans un espace austère, froid et analytique, comme celui de la philosophie. Culturellement, on les associe plutôt à des disciplines sensibles ou pratiques. Elles seraient plus réticentes que les hommes à consacrer leur vie à un espace frigide d’où le naturel et l’humain ont été éliminés.

Maintenant que les femmes ont enfin accédé à l’enseignement supérieur, certains attendent de voir ce qu’elles peuvent accomplir dans les domaines où les hommes se sont distingués, surtout en philosophie. Problème : à l’heure actuelle, le genre n’est pas florissant ; le raisonnement systématique n’a plus le prestige ni la valeur culturelle qu’il avait autrefois. Toute notre façon d’aborder le monde a changé. La philosophie prétendait autrefois fournir une méthode rigoureuse pour rechercher le sens de la vie, et elle était un précieux substitut à la religion dogmatique. Mais aujourd’hui, la religion a perdu du terrain parmi les classes instruites d’Europe et d’Amérique du Nord, et les intellectuels négligent le besoin humain fondamental de trouver des réponses. Les philosophes sont maintenant en marge. La philosophie a perdu de sa réputation et de sa stature – c’est un exercice académique.

Le dernier mouvement vraiment important dans le monde de la philosophie a été l’existentialisme, dans le Paris d’après-guerre de Jean-Paul Sartre, Albert Camus et Simone de Beauvoir. Depuis lors, il y a eu des théories du langage. Le post-structuralisme et le post-modernisme, par leur relativisme glissant, ont détruit le concept de philosophie. Personne ne se soucie plus des philosophes – la critique culturelle est passée au premier plan. Les médias et la culture pop dominent désormais.

Simone de Beauvoir était considérée comme une intellectuelle plutôt qu’une philosophe. Un-e philosophe est une personne qui est éloignée des préoccupations quotidiennes et qui manipule des termes et des concepts comme les pions sur une grille ou un échiquier. Simone de Beauvoir et Ayn Rand, une autre penseuse, ont toutes deux un système de pensée très complexe, elles font partie des grands philosophes.

Le mélange de théorie, d’observations sociales et de commentaires de Rand était très original, même si on voit ses sources romantiques. Son système était vaste et complexe et mériterait d’être intégré dans les programmes de philosophie.

Le chef d’oeuvre de Simone de Beauvoir, « Le deuxième sexe », démontre sa conscience hybride. Il n’est pas conforme à la définition stricte de la philosophie car il s’agit d’un amalgame de pensée abstraite et d’histoire et d’anthropologie – des faits réels. Le problème du genre est probablement la raison pour laquelle ces deux femmes sont absentes de la liste des grands philosophes.

Le terme de philosophe est peut être dépassé et devrait être abandonné. Le penseur des temps modernes devrait être en partie abstrait et en partie pratique. Karl Marx était un penseur important. Il n’était pas prisonnier de l’abstraction et a toujours gardé un œil sur la société et son évolution, mais pour certains, ses échecs ont émané de son indifférence à l’égard de l’individu.

Le manque actuel de grandes femmes philosophes n’est pas dû à un manque de talent mais à l’effondrement de la philosophie. La philosophie, telle qu’elle est traditionnellement pratiquée, est peut-être un genre mort. Nous sommes à l’ère de l’internet, où nous sommes constamment inondés d’informations fragmentaires. Chaque personne avec son ordinateur est embarquée dans une quête et une fabrication de son identité. Le web imite la neurologie humaine et modifie fondamentalement le cerveau des jeunes. Le web, pour le meilleur ou pour le pire, nous fait vivre dans l’instantané.

La philosophie appartient à une époque révolue où l’enquête était beaucoup plus lente et rhétoriquement formelle.

Les philosophes seraient-ils devenus des antiquités ?

La crise majeure que nous vivons actuellement fera-t-elle bouger les lignes ?

Share