12 November, 2019
HomeOn InformeArtsLes couples légendaires du monde de l’art

Les couples légendaires du monde de l’art

Une vie amoureuse qui associe passion et création.

L’artiste est souvent présenté comme un génie solitaire. Pourtant, l’amour et l’intimité sont au cœur de la création artistique. Passions tumultueuses, chagrins d’amour, amours fidèles… les sentiments sont à la base de certains des plus beaux chefs-d’œuvre. Certains couples légendaires vont marquer de leur empreinte l’histoire de l’art grâce à leur relation extraordinaire. Tandis que certains se confrontent et s’épanouissent dans leurs créations, d’autres subissent un destin tragique. Voici un aperçu de ces formes de vie amoureuse qui associent passion et création.

Robert & Sonia Delaunay

Presque toujours associés, ces deux artistes comptent parmi les pionniers de l’art abstrait.

Les deux artistes se rencontrent peu après l’arrivée de Sonia en France. Ils se marient à Paris le 15 novembre 1910 et s’installent rue des Grands Augustins où le couple tient un atelier jusqu’en 1935. Sonia et Robert Delaunay travaillent intensément à la recherche de la couleur pure et du mouvement simultané des couleurs.

S’exprimant à propos du couple, Apollinaire dira : « Dès leur réveil, les Delaunay parlent de peinture. » Il n’exagère pas, comme le souligne Sonia : « Nous nous aimons à travers l’art, comme d’autres couples sont unis dans la foi, le crime, l’alcool ou l’ambition politique. La passion pour la peinture a été notre principal lien. ”

Robert meurt subitement en 1941 et Sonia poursuivra une riche carrière personnelle jusqu’à sa mort en 1979.

Aujourd’hui, ils sont célébrés ensemble ou indépendamment l’un de l’autre.

Jean Tinguely & Niki de Saint Phalle

Divorcée de l’écrivain américain Harry Matthews avec qui elle a eu deux enfants, Niki de Saint Phalle épouse Jean Tinguely le 13 juillet 1971. Tinguely vient lui-même de divorcer de sa première épouse.

Un couple inhabituel. Jean assiste à plusieurs reprises Niki dans l’élaboration de ses sculptures monumentales. Ce sera le cas notamment dans la création du « Jardin du Tarot », parc de sculptures ésotériques aménagé en Toscane. Il travaillera comme technicien au sein même de l’équipe de collaborateurs dirigée par son épouse.

Après la mort de Jean, Niki cherchera à l’honorer par tous les moyens. Elle léguera des dizaines de ses sculptures qui permettront l’ouverture du musée Tinguely à Bâle.

Auguste Rodin & Camille Claudel

En 1883, Camille Claudel rencontre Auguste Rodin et devient son élève. Fascinée par son professeur, elle devient aussi sa source d’inspiration, son modèle, sa confidente et sa maîtresse alors que Rodin vit avec Rose Beuret. Elle pose, compose et travaille avec lui sur la création des « Portes de l’enfer ». L’émulation artistique du couple leur permet de se développer individuellement et de créer de grandes oeuvres. C’est au cours de ces années fructueuses que l’artiste sculpte, entre autres, le fameux « Baiser ».

Mais leur relation de couple se détériore très rapidement. Camille Claudel rejette l’opportunisme de Rodin, qui ne pense qu’à sa renommée et à son succès. Séparation progressive et douloureuse, qui va mener Camille à la folie, à l’asile et à la mort.

Les extraits de cette lettre d’Auguste à Camille reflètent la violence d’un amour dévorant : « Je ne peux pas continuer, je ne peux plus passer une journée sans te voir. Même si c’est une folie atroce. C’est fini, je ne travaille plus, divinité diabolique, et pourtant je t’aime furieusement. (…) Tes chères mains, laisse-les sur mon visage, pour que mon cœur ressente ton amour divin se répandre à nouveau ».

Diego Rivera & Frida Kahlo

Séparés par une différence d’âge de vingt ans, mariés deux fois de suite, divorcés pendant un an, « l’éléphant et la colombe », comme les appelaient les parents de Frida, étaient incapables de vivre l’un sans l’autre.

Leurs œuvres diffèrent à de nombreux égards mais sont néanmoins complémentaires. Diego Rivera, un muraliste engagé politiquement, réalise des peintures sur des murs mexicains, incarnant les idéaux révolutionnaires. Pendant ce temps, Frida peint ses sentiments, ses impressions de la vie réelle… elle observe la réalité et essaie de la recréer. Dans un dialogue permanent à travers leurs œuvres, les amants s’aiment et puisent leur force créatrice dans leur passion pour l’art mythique et symbolique et surtout dans la passion qu’ils éprouvent l’un pour l’autre.

Pablo Picasso & Dora Maar

C’est en 1936 à Paris que Picasso rencontre la talentueuse photographe Dora Maar. La jeune femme est fascinée par le peintre. Picasso, qui se mariera sept fois au total, est au contraire un coureur de jupons et considère les femmes comme des êtres interchangeables qui décorent et mettent en valeur sa vie. Dora Maar dira à son propos : « Je n’ai jamais été la maitresse de Picasso, il a été mon maître ».

Le travail de Dora Maar est totalement éclipsé par son partenaire de génie. Avant leur rencontre, elle est une grande photographe. La photo est considérée à l’époque comme un art mineur et Picasso méprise son travail. Après leur rencontre, elle commence à peindre mais subit l’influence étouffante du maître cubiste, qui finit par la quitter. Il faudra cette douloureuse séparation pour qu’elle trouve son véritable style, qui ne sera reconnu que bien plus tard. Elle vivra isolée pour oublier ce chagrin qui marquera sa vie jusqu’à son dernier souffle, en 1997.

Salvador Dali & Gala

Gala, épouse de Paul Eluard et maitresse de Max Ernst, tombe amoureuse de Dali lorsqu’elle le rencontre en 1929 à Paris. Coup de foudre réciproque. Ils se marient en 1932.

Gala devient le seul modèle féminin du peintre et son sujet principal. Tout au long de sa carrière, Dali continue à magnifier sa femme et à l’élever au rang d’icône moderne. « J’ai peaufiné Gala pour la faire briller, pour la rendre aussi heureuse que possible, je me suis occupé d’elle mieux que de moi-même, car sans elle, tout était fini. »

De son côté, Gala organise des expositions de l’œuvre de son mari et vend ses peintures. C’est elle qui fait la fortune du couple et leur permet d’avoir une vie de plus en plus confortable. Dali lui offre le château de Pubol en Catalogne. Elle y sera enterrée en 1982.

Share

Rejoignez la Lettre des Femmes !