30 March, 2020
HomeTribuneLe Nouveau Féminisme ?

Le Nouveau Féminisme ?

Le Nouveau Féminisme, c’est tous les féminismes

En 2018, dans le flux et le reflux du mouvement #Metoo, il nous a semblé important, à Odile Jacob – excellente éditrice de tant de femmes essayistes –, et à moi-même, de proposer un livre qui fasse le tour de la question. Notre titre de travail était Les Nouveaux Féminismes. Mais à la lecture du manuscrit, Odile Jacob s’exclame : « Mais non, Barbara, pas Les Nouveaux Féminismes : c’est Le Nouveau Féminisme, ce foisonnement qui contient, au tournant des années 2020, les mouvements féministes universaliste et différentialiste, intersectionnel et pro-sexe, pop, afro, éco et tous les autres. »

Chaque féminisme en effet se fonde sur un contexte, un vécu, une histoire et sur l’Histoire, sur des traditions et des réalités géo-socio-politiques, juridiques, économiques spécifiques, diversifiées et complexes, et aucun féminisme n’est à rejeter au titre qu’il serait radical, marginal, obsolète ou exagéré : le Nouveau Féminisme, c’est la cohabitation de tous les courants existants et à venir, dans un geste résolument inclusif.

Ce féminisme inclusif est un féminisme de débat. Il n’est pas lapidaire et n’est justicier qu’à l’intérieur des tribunaux. Il est ouvert : toutes les Tribunes lui sont utiles, dont celle-ci. Prenons le cas Polanski. Le Monde a ouvert ses colonnes à une Tribune de 114 avocates féministes qui refusent une conflictualité de principe entre hommes et femmes : « Sopranos du barreau, nous réussissons chaque jour un peu mieux à imposer notre voix à nos ténors de confrères qui finiront bien par s’y habituer – eux qui, après tout, portent aussi la robe… Femmes, nous voulons rester libres d’aimer et de célébrer publiquement les œuvres et les auteurs de notre choix. Avocates pénalistes, nous lutterons à chaque instant contre toute forme d’accusation arbitraire… » Dans cette veine, le Nouveau Féminisme est un féminisme humaniste, non pas « contre les hommes » mais « pour les femmes ». Il affecte positivement tous les individus, car s’il est une réalité qui n’a pas de contre-argument, c’est bien celle-ci : plus les femmes accèdent à des droits, plus la démocratie inclut les femmes à tous les niveaux, et mieux la société se porte.

Le Nouveau Féminisme c’est également une plongée dans l’histoire du cinéma, c’est entendre Adèle Haenel, c’est lire Iris Brey et son livre sur les images et notre manière de les créer et de les regarder. C’est nous déplacer, nous femmes, du champ des objets du désir vers celui de sujets désirant. Avec, à l’image et dans la vie, la puissance et la grâce qui sont les nôtres.

Le Nouveau Féminisme a une autre parole encore : celle de la poésie. La poésie est une forme de résistance féministe car elle est hors champs du genre, de la domination, du capitalisme. Elle ouvre de nouvelles voies d’expression, en toute liberté.

Le Nouveau Féminisme, c’est la puissance et la grâce, la joie et la désobéissance, le désir et l’érotisme, assumés. Sans oublier l’amour. Dans l’amour, érotisme, féminisme et poésie se confondent. Ils deviennent une position existentielle : exister femme. C’était le titre que je souhaitais pour mon premier livre avec Odile Jacob ; à l’arrivée, ce fut Tout à fait Femme. Bientôt suivi de Tout à fait Homme.

Un jour peut-être, tout à fait ensemble.

Barbara Polla est médecin, galeriste et écrivain. Elle a quatre filles. Elle aime les femmes, les hommes et les autres, l’art et la poésie et la vie. En politique, en art, pour les femmes, elle s’engage pour la liberté.

Photo © Steeve luncker Gomez

Share

Rejoignez la Lettre des Femmes !