7 June, 2020
HomeOn InformeCultureLe déconfinement, ça n’est pas pour maintenant mais voici comment bien le préparer

Le déconfinement, ça n’est pas pour maintenant mais voici comment bien le préparer

Comme toute grande sortie qui se respecte, elle se prépare

Voici quelques astuces pour attendre le déconfinement. Comme toute grande sortie qui se respecte, elle se prépare.

On peut profiter pleinement de la fin du confinement et faire triompher Eros contre Thanatos!

La pulsion de vie s’impose face au virus et son lot de complications présentes et à venir.

Les rendez-vous à prendre

Pour certains, le rendez-vous amoureux s’impose comme prioritaire parmi les prioritaires. Enfin retrouver l’être aimé! C’est certain, ils sont nombreux à l’avoir déjà prévu. Pour d’autres, il faudra trouver rapidement un être à aimer… Les blagues qui circulent sur les réseaux sociaux en témoignent.

Le rendez-vous urgent sera médical pour d’autres personnes.

Parce que l’état de santé ne s’est pas amélioré par miracle depuis le 17 mars. Or, les consultations, les opérations ont été reportées. Les dentistes vont être débordés, les gynécologues, les ophtalmo… encore pire que d’habitude! Mieux vaut s’en occuper dès à présent.

On sait que les effets du confinement sont aussi psychiques. Les psy vont être bien occupés.

Durant cet enfermement, de nombreux problèmes enfouis ont resurgi. Il serait de bon ton de ne pas laisser se refermer ce qui s’est ouvert psychiquement. Mieux vaut enfin régler ce qui entrave. Entretenir l’élan vital qui a pu être stimulé peut être la meilleure décision. Attention à ce que cela dure plus longtemps que certaines résolutions du 1 janvier !

Si le confinement rime avec effondrement. Il y a urgence. Aux grands maux les grands remèdes. Rien ne va s’arranger dans le fond par le seul fait de sortir de chez soi. Rendez-vous psy obligatoire.

La façon de vivre le confinement est un révélateur de l’état profond qui est le sien. Que cette crise serve au moins à cela. Ce n’est pas une catastrophe. C’est une alerte.

L’acceptation de soi commence par admettre ses faiblesses et vulnérabilités, pour les surmonter. S’engager à traiter les causes et pas seulement les conséquences est une sage conclusion.

Si la pression du confinement subi s’est transformée en dépression, il est illusoire de considérer que tout va se résoudre une fois la porte franchie. Les peurs protègent d’angoisses internes. Avoir l’impression que tout va s’arranger signe surtout qu’il est impératif de ne pas reculer devant une démarche qui est représentée comme plus terrible qu’elle n’est.

Reculer pour mieux sauter est à méditer durant la fin du confinement…

Les rendez-vous avec avocats, notaires, banquiers, assistantes sociales se programment, eux aussi. Anticiper pendant que l’on est en plein dedans permet de ne pas banaliser ultérieurement. Commencer à rédiger les griefs, lister ce qui est inacceptable, tout ceci vous fera gagner du temps.

Les rapports aux autres ont pu apparaître sous un jour nouveau. Il faut absolument en tirer les conséquences. Peut-être pourriez-vous utiliser ces dernières semaines à vous demander si un confinement devait se reproduire pourriez-vous vous recommencer dans les mêmes circonstances ? Cette réponse détermine ce qui est à prévoir dès que possible.

Après cette période en zone blanche, bonjour pollution pour les citadins partis se resourcer à la campagne… finis les petits oiseaux. Le télétravail, ça marche. Si on n’a pas envie de rependre comme avant, si on juge inutile de revivre dans un si petit appartement, si cher, une autre organisation s’est montrée possible, efficace et bénéfique. On commence à parler de poursuivre. Pourquoi pas?

Ne pas prendre ses rêves pour des banalités! Avant de déconfiner, déjà se mettre en mouvement dans sa tête. S’il s’avère que des changements soient nécessaires pour que l’après soit meilleur que l’avant, comment les introduire dès maintenant, puisqu’il est temps?

Qu’est-ce qui vous a manqué le plus? Et le moins?

On y est bientôt au 11 mai… On ne programme que ce qui est dans la première colonne! Départager l’essentiel du superflu, et choisir de cesser de s’imposer un inutile obligatoire qui n’est qu’accessoire. Voilà, c’est ça mettre de l’ordre et du sens à sa vie.

Autres petites choses plus légères à prévoir avant le déconfinement

Comme après les grandes vacances, remettre le réveil la semaine précédente permettra de retrouver le rythme. Au bout de plusieurs semaines, vivre en horaires décalés, sans impératifs réels, sans les pertes de temps dans les transports n’est pas sans conséquences. Se préparer demande quelques jours, quelques nuits. D’autant que l’on constate de nombreuses insomnies qui n’ont pas grande importance quand on peut récupérer le lendemain matin. Elles sont bien plus gênantes en temps normal. Se reprogrammer des horaires de coucher, des activités calmes en soirées, comme on le fait pour les enfants qui retournent à l’école s’imposent.

Le 11 mai, qu’est-ce que je mets? Finalement heureusement que j’ai résisté aux maniaques du vide… Ma garde-robe recèle de trésors, que j’ai eu le temps de redécouvrir. Que d’économies futures… Et les cheveux longs, mais ça me va bien! Super mon nouveau look…

Le beau est dans le regard. Continuer d’en changer est le plus important, encore et toujours.

Une nouvelle année 2020 recommence. C’est peut-être parce qu’elle est bissextile qu’elle est exceptionnelle. À plus d’un titre…

Bonne fin de confinement et bon déconfinement !

Catherine Grangeard, psychanalyste

Share