10 December, 2019
HomeOn InformeArtsLa vie et l’art de Cindy Sherman, photographe féministe.

La vie et l’art de Cindy Sherman, photographe féministe.

Cindy Sherman, une voix majeure dans l’art contemporain.

Cindy Sherman est une photographe et cinéaste américaine dont « Untitled Film Stills », une série de photographies censées évoquer un plan fixe d’un film de fiction, va faire d’elle l’une des artistes conceptuelles les plus chères du monde. En mai 2011, « Untitled no 96 » sera vendue 3 890 000 $ chez Christie’s, nouveau record mondial pour une photographie.

Sherman est bien connue pour se mettre en scène dans ses photographies, évoquant de nombreux personnages, revêtue de prothèses, de costumes et de maquillage différents, modelant son corps grâce à différents artifices. Elle aborde la question de la place et de la représentation de la femme dans la société contemporaine.

Cindy Sherman nait le 19 janvier 1954 au New Jersey et grandit à Long Island. Elle est la petite dernière d’une famille de cinq enfants  et vit comme une enfant unique, compte-tenu de son arrivée tardive. Dès son plus jeune âge, elle tente de retenir l’attention de toutes les manières possibles et enfile de nombreux déguisements.

Elle décrit sa mère comme une femme de cœur, une femme « bonne », bien qu’elle s’inquiète avant tout du regard des autres. Ses enfants doivent faire bonne impression (ce qui va convaincre la jeune Sherman de se rebeller). Elle décrit son père comme étant mesquin et fermé d’esprit. La vie de famille de Sherman n’est pas heureuse et, lorsqu’elle a 15 ans, elle est tr Sherman étudie l’art à Buffalo State College. Son diplôme en poche, elle  déménage à New York avec l’artiste Robert Longo, qu’elle a connu à l’université. New-York, ville alors parfois dangereuse, devient un lieu de réinvention. Elle commence à se travestir et Longo la convainc de commencer à photographier ses personnages. umatisée par le suicide  de son frère aîné.

Cindy Sherman étudie l’art à Buffalo State College. Son diplôme en poche, elle  déménage à New York avec l’artiste Robert Longo, qu’elle a connu à l’université. New-York, ville alors parfois dangereuse, devient un lieu de réinvention. Elle commence à se travestir et Longo la convainc de commencer à photographier ses personnages.

C’est à ce moment-là que naissent les « Untitled Stills », dont la plupart ont été photographiés dans ou autour de l’appartement qu’ils partagent. Sherman agit au sein de chaque série en tant que modèle, costumière, maquilleuse et scénographe. Les « Untitled Film Stills » (1977-1980) sont sans doute les œuvres les plus célèbres de Sherman. Ces images, toutes en noir et blanc, évoquent des moments clés du cinéma hollywoodien. Bien que les « films » à partir desquels ces photographies ont été prises n’existent pas, leur attrait réside dans le fait qu’ils évoquent des ambiances de films populaires, ce qui permet au spectateur d’avoir la sensation de « déjà vu ». Son travail critique la société contemporaine qui se caractérise, selon elle, par la mise en scène et, tout particulièrement, l’image et le rôle assignés à la femme américaine moyenne des années 1960-1970. Ses autoportraits, où elle se met en scène dans des costumes et des attitudes variées, sont autant de questionnements sur l’identité et ses modes de représentations.

Au début des années 80, elle lance les « Pages centrales », une série d’images en double largeur destinées à imiter les poses typiquement séduisantes et engageantes de modèles placés au centre des magazines pour adultes. Sherman a renversé le concept de page centrale en utilisant ce format pour représenter les femmes victimes de violences physiques. Les images tiennent le spectateur responsable d’approcher les œuvres comme si elles avaient été conçues pour plaire – selon les mots de Sherman, elles constituent une « attente contrariée ».

Cindy Sherman continue d’être une voix importante non seulement dans l’art contemporain, mais également à l’ère des médias. Sa critique cinglante va au cœur d’un problème et se concentre sur le sujet à travers le médium poignant et intime du portrait.

Share

Rejoignez la Lettre des Femmes !