10 December, 2019
HomeOn InformeCultureJe pense que les femmes sont folles si elles prétendent être les mêmes ou égales des hommes…

Je pense que les femmes sont folles si elles prétendent être les mêmes ou égales des hommes…

… elles sont tout à fait supérieures à eux et l’ont toujours été !

« Je pense que les femmes sont folles si elles prétendent être les mêmes ou égales des hommes. Elles sont tout à fait supérieures à eux et l’ont toujours été ! Tout ce que tu donnes à une femme elle le transformera en mieux ! Si vous lui donnez du sperme elle vous donnera un fils, si tu lui donne une maison, elle la transformera en un chez toi, un cocon confortable et douillet, si tu lui donne des aliments, elle les transformera en un repas délicieux, si tu lui souris, elle te donnera son cœur ! Elle magnifie et multiplie tout ce que vous lui donner ! »

William Golding a commenté la supériorité de la femme dans une introduction à la version intégrale du livre audio « Le seigneur des mouches ».

La citation est extraite d’une explication de Golding expliquant pourquoi «Le seigneur des mouches» était une histoire de petits garçons et non de petites filles :

«Les filles me disent, très raisonnablement, pourquoi n’est-ce pas un groupe de filles? Pourquoi avez-vous écrit cela à propos d’une bande de garçons? ’Ma réponse est que j’étais jadis un petit garçon – j’ai été un frère, un père, je vais être un grand-père. Je n’ai jamais été une sœur, une mère ou une grand-mère. C’est une réponse. Une autre réponse consiste bien entendu à dire que si vous réduisez en quelque sorte les êtres humains, la société, si vous arrivez avec un groupe de petits garçons, ils ressemblent davantage à une version réduite de la société qu’à un groupe de petits. Ne me demandez pas pourquoi, et c’est une chose terrible à dire, car toutes les femmes qui parlent d’égalité vont me chasser de l’enfer pour le petit-déjeuner – cela n’a rien à voir avec l’égalité. Je pense que les femmes sont stupides de prétendre être égales aux hommes, elles sont de loin supérieures et l’ont toujours été. Mais une chose que vous ne pouvez pas faire avec eux, c’est d’en prendre un tas et de les faire résumer, pour ainsi dire, en un ensemble de petites filles qui deviendraient alors une sorte d’image de la civilisation, de la société. L’autre chose est: pourquoi ne sont-ils pas des garçons ET des filles? Eh bien, s’ils avaient été petits garçons et petites filles, nous étions ce que nous étions, le sexe aurait relevé sa belle tête, et je ne voulais pas que cela concerne le sexe. Le sexe est une chose trop triviale pour raconter une histoire comme celle-ci, qui traitait du problème du mal et du problème de la façon dont les gens doivent vivre ensemble dans une société, pas seulement en tant qu’amoureux ou homme et femme. « 

William Golding, Le seigneur des mouches.

Share

Rejoignez la Lettre des Femmes !