9 December, 2019
HomeOn Informe« J’ai une surprise pour toi » : son mari lui bande les yeux, puis lui coupe les doigts pour l’empêcher d’étudier.

« J’ai une surprise pour toi » : son mari lui bande les yeux, puis lui coupe les doigts pour l’empêcher d’étudier.

Un mari risque la prison après avoir tranché les doigts de sa femme, qui a étudié pour obtenir un diplôme sans sa permission.

Rafiqul Islam, 30 ans, bande les yeux de son épouse Hawa Akhter, 21 ans, il l’a baillone pour lui faire un cadeau surprise.

Il lui fit tendre la main et coupa ses cinq doigts. Un de ses proches a ensuite jeté les doigts à la poubelle pour s’assurer que les médecins ne pourraient pas les rattacher.

M. Islam, qui est un travailleur migrant aux Émirats arabes unis, avait averti sa femme que « les conséquences seraient graves » si elle n’abandonnait pas ses études.

« Après son retour au Bangladesh, il a voulu discuter avec moi », a déclaré Mme Akhter au Times.

« Soudain, il m’a bandé les yeux et m’a attaché la main. Il a également scotché la bouche en disant qu’il me donnerait des cadeaux surprises. Mais au lieu de cela, il m’a coupé les doigts. »

Mohammed Saluddin, le chef de la police du Bangladesh, a déclaré que M. Islam avait avoué après son arrestation à Dacca, la capitale, et qu’il serait poursuivi pour défiguration permanente. Les groupes de défense des droits de l’homme exigent l’emprisonnement à vie. « Il était enragé. Il était jaloux parce que, même s’il n’avait que huit années d’études normales, elle était allée à l’université pour poursuivre des études supérieures », a déclaré M. Saluddin. Mme Akhter dit qu’elle apprend à écrire de la main gauche et est déterminée à reprendre ses études. Elle est maintenant de retour chez ses parents. L’agression est la dernière d’une série d’actes visant des femmes éduquées à majorité musulmane.

En juin, un chômeur a arraché les yeux de sa femme, professeure adjointe à l’Université de Dhaka, apparemment parce qu’il ne pouvait pas supporter de la voir poursuivre des études supérieures dans une université canadienne.

Share

Rejoignez la Lettre des Femmes !