8 July, 2020
HomeJe m'informeCultureEt si les hommes avaient aussi leurs règles?

Et si les hommes avaient aussi leurs règles?

Briser le tabou des règles avec une vidéo choc et drôle

La marque de sous-vêtements Thinx a dévoilé un spot qui tend à briser le tabou des règles. Dans cette publicité, les hommes comme les femmes ont leur menstruation, du coup, tout le monde est plus à l’aise.

Imagine si les hommes avaient leurs règles tous les mois, comme toi. Les protections hygiéniques et tout ce qui entoure la menstruation seraient nettement moins tabous.

C’est en tout cas ce qu’a imaginé les créatifs de l’agence new-yorkaise BBDO pour la marque américaine de sous-vêtements menstruels Thinx. En ressort un spot d’une minute vingt baptisé «MENstruation» dans lequel un petit garçon, un poil honteux, confesse à son père: «Je crois que j’ai mes règles». Puis, s’enchaînent toutes les situations du quotidien d’une femme ayant ses règles, calquées à celui d’un homme. Un élève qui fait tomber ses serviettes hygiéniques de son casier, un trentenaire qui laisse une tache de sang sur son lit, un jeune homme qui, avant de partir en soirée, vérifie que son jean blanc soit toujours immaculé.

Un discours féministe

Derrière cette vidéo qui nous fait sourire, il y a un véritable discours féministe. Quand on voit le lycéen faire tomber les serviettes de son casier, une amie l’aide à les ramasser en lui disant «C’est rien!», sur un ton rassurant. Lorsqu’un jeune cadre dynamique demande à un collègue un tampon, celui-ci en sort un de sa veste sans aucune gêne, et quand ce nageur se balade dans les vestiaires avec la ficelle de son tampon qui sort de son slip de bain, il marche, à l’aise, sans s’en soucier. Une façon de dire que si tout le monde avait ses règles, on aurait moins de préjugés.

«Près de la moitié de la population mondiale a ses règles, mais nous avons toujours peur d’avoir des conversations ouvertes à ce sujet», explique la marque sur son site. «Certaines personnes considèrent les menstruations comme un problème à résoudre – mais nous ne sommes pas sur la même longueur d’ondes. Il est temps de les accepter comme une partie de nous.»

Share