16 December, 2019
HomeTribuneEn France, on compte plus d’1 million d’enfants maltraités

En France, on compte plus d’1 million d’enfants maltraités

Moins d’une victime sur 10 porte plainte

·         Le cas de la petite Marina Sabatier

Marina SABATIER, 8 ans, victime de la barbarie de ses parents, s’éteint en août 2008 suite à l’indifférence des services publics

Le 6 août 2008, en France, Marina SABATIER, 8 ans, succombe aux tortures orchestrées par ses parents. Malgré les nombreux appels à l’aide de sa grand-mère et des directrices d’écoles, les souffrances de Marina restent sans réponse. Bien qu’une première enquête s’ouvre en juillet 2008, le classement sans suite le 10 octobre 2008 conduit à la condamnation de la petite fille. Si le service d’aide sociale à l’enfance (ASE) débute une enquête sociale le 25 mai 2009, la conclusion de celle-ci laisse sans voix : Marina est à nouveau confiée à ses parents malgré les nombreux signalements de maltraitance. La dernière visite de l’assistance sociale au domicile des Sabatier signera l’arrêt de mort de la fillette : en juin 2009 cette dernière conclut à l’absence de danger pour Marina, un mois plus tard la petite fille décède.

[…]

·      Les faits

C’est le 27 février 2001 que Marina SABATIER voit le jour : sa mère, Virginie DARRAS, déjà maman d’un petit garçon, accouche sous X mais vient récupérer son enfant un mois plus tard. Lire la suite …

·         Etat des lieux

En France, chaque année, 35 000 garçons et 130 000 filles sont victimes de violences sexuelles.

« L’abus sexuel des mineurs a été reconnu problème de santé publique dans de nombreux pays. L’impact et les dommages à long terme des violences sexuelles subies à de jeunes âges sont révélés par des chercheurs, scientifiques et experts ».

Il s’agit d’un fléau qui touche un enfant sur cinq en Europe. Un fléau silencieux que personne ne voit, que personne n’entend. Un fléau aux multiples  conséquences désastreuses qui touchent plus d’un être humain sur sept. 

Un mineur sur trois a été touché d’une manière ou d’une autre sexuellement sur internet (DIF 2007). En 2014, 12% des adolescents disaient avoir déjà été cyber harcelés (UNESCO).

Ce sont des crimes et des millions de victimes invisibles. À travers des études majeures dans le monde entier, nous savons que les violences sexuelles sur mineurs et le traumatisme qui en découle ont un impact dévastateur à long terme sur la santé mentale, physique et psychologique des victimes et par extension sur l’ensemble de la société.

 Les personnes ayant été victimes de violences sexuelles pendant leur enfance ont une fois et demie plus de risque de présenter des problèmes de santé graves sur les plans physique, émotionnel et psychologique. Un abus peut affecter de façon permanente tous les aspects de la vie de la victime.

La charge économique de la maltraitance des enfants est estimée par la Commission européenne à 4 % du PIB par pays et par an. Les conséquences médicales chroniques des violences sexuelles s’élèvent à environ 10 milliards d’euros par an (hors coûts sociaux). Le coût estimé d’un parcours de soin en réparation de violences sexuelles est de 25 000 euros par patient et par an. Le coût total pour la Sécurité sociale est estime à 100 milliards d’euros.

·         Présentation d’Innocence en Danger

Innocence en Danger (IED) est un mouvement mondial de protection des enfants contre toutes formes de violences notamment sexuelles. Fondée en 1999 par Homayra Sellier, l’association est maintenant présente dans huit pays (Royaume-Uni, Allemagne, Autriche, Suisse, Colombie, France, États-Unis et Belgique). 

En savoir plus sur Innocence en danger

·         Le combat d’Innocence en Danger

Imaginez une maladie qui frappe une fille sur quatre et un garçon sur six avant l’âge de 18 ans.

Une maladie qui peut causer le développement d’autres maladies mortelles tel le cancer, la sclérose en plaque, le sida…

Une maladie qui peut impacter la santé physique ; mentale et relationnelle des personnes atteintes. 

Une maladie dont le coût financier se chiffre à des centaines de millions par an.

Est-ce que cela ne mérite pas notre mobilisation totale et sans réserve ?

Cette  maladie  existe, il s’agit des violences sexuelles faites aux enfants et c’est le cœur de travail d’Innocence en Danger.

Plus précisément, son action porte sur l’identification des victimes et leur accompagnement dans les procédures et besoins juridiques, médicaux, thérapeutiques et de reconstruction.

·         Séjour de résilience

A l’origine, la résilience est la capacité d’un métal à résister aux pressions et à reprendre sa structure initiale après avoir été déformé. En psychologie, on appelle « résilience » la capacité à vivre, à réussir, à se développer en dépit de l’adversité.

Depuis 2005, IED international a accueilli, globalement, près de 2 000 enfants victimes d’abus sexuels, toutes nationalités confondues, dans le cadre de séjours d’apprentissages artistiques, sportifs et culturels. Ces séjours ont lieu en Angleterre, en Allemagne, et en Suisse, mais nous espérons trouver les financements nécessaires pour en créer en France.

Les séjours de résilience d’Innocence en danger s’effectuent selon deux axes :

  • Un axe individuel, qui concerne les capacités propres à chaque enfant, son potentiel.
  • Un axe relationnel, qui concerne les liens que l’enfant met en place créé avec le groupe.

Toutes les études montrent qu’un enfant peut s’en sortir s’il dispose de tuteurs de développement autour de lui. À ce jour, les témoignages émanant des enfants eux-mêmes et de leurs parents, croisés avec les observations des experts sollicités par l’association, font état d’une évolution favorable pour les enfants. De 2010 à 2013, une étude scientifique menée à l’Université de Koblenz a mesuré d’une manière plus approfondie l’impact des séjours de résilience d’Innocence en Danger. Ces résultats font état de l’amélioration de l’enfant et ce dans la durée.

·         Le soutien juridique

Considérant que la reconstruction de l’enfant victime passe par la justice, Innocence en danger met tout en œuvre pour une mise en relation des victimes avec des avocats. Le soutien juridique apporté aux familles par Innocence en Danger se décline de deux manières.

D’une part, la permanence juridique permet aux victimes et à leur famille d’être conseillés, orientés et écoutés.

D’autre part, l’association se constitue partie civile dans des dossiers emblématiques afin de mobiliser l’opinion publique sur les dysfonctionnements majeurs et criminogènes des services de l’état.

Nous assistons juridiquement quelques centaines d’affaires devant les tribunaux par an. Nous sommes à l’origine de nombreuses avancées législatives.

·         Nos objectifs

  • Reproduire notre modèle unique de guérison (retraites de résilience, semaines de l’art) dans autant de pays et pour autant de participants que possible.
  • Élaborer et déployer des programmes d’éducation et de prévention à l’intention des parents, des enfants et des éducateurs sur les dangers des médias numériques.
  • Mener des recherches pour identifier les facteurs qui augmentent le risque de commettre ou d’être victime d’abus sexuel.
  • Sensibiliser sur les conséquences physiques, émotionnelles et financières des abus sexuels sur les victimes, leurs familles, les entreprises et la société dans son ensemble.
  • Souligner la valeur de la prévention, y compris les interventions ciblant les groupes à risque, les victimes et les délinquants.

·         Un soutien nécessaire à notre action

Notre passivité est coupable. En d’autres termes : nous pouvons soit faire partie de la solution, soit être complices silencieux des crimes faits aux enfants. Néanmoins avec les mouvements  #MeToo ,  #TimeisUp  et  #AskMoreFromHim , nous sommes à l’aube d’un soulèvement mondial dans lequel de plus en plus de victimes oseront s’exprimer.

Nous croyons, comme Frederick Douglas l’a écrit en 1855, « qu’il est plus facile de façonner des enfants forts que de réparer des hommes brisés ».

Je suis consciente qu’il y a beaucoup de belles causes, pourquoi soutenir Innocence en Danger?

  • Cette pandémie touche une fille sur quatre et un garçon sur six avant l’âge de 18 ans.
  • Innocence en Danger offre une seconde enfance aux mineurs victimes.
  • Comme le dit Saint-Exupéry, « on est de son enfance comme on est d’un pays », que l’enfance est la période la plus longue dans la vie de chacun puisqu’elle dure toute la vie.
  • Il est moins coûteux et bien plus moral de prévenir, protéger et guérir plutôt que de réparer des vies brisées.
  • Innocence en Danger collabore avec des scientifiques biogénéticiens dans le cadre d’études de pointe visant à favoriser la médecine préventive et à apporter des changements progressifs aux procédures judiciaires.
  • L’association offre une « résilience numérique » à des millions d’enfants dont les images ont été diffusées sur Internet.

·         Comment apporter votre aide ?

  • Soutenez-nous avec une contribution annuelle fixe afin que nous puissions concentrer notre temps et nos efforts uniquement sur notre travail.
  • Soutenez notre semaine de l’art et nos séjours d’été à vocation thérapeutique.
  • Parrainez un enfant en contribuant à ses besoins de reconstruction, de traitement, et d’aide juridique.
  • Financez un de nos projets

Share

Rejoignez la Lettre des Femmes !