9 July, 2020
HomeJe m'informeEn France, les femmes sont plus sportives que les hommes !

En France, les femmes sont plus sportives que les hommes !

 Et l’écart se creuse par rapport à une précédente enquête

Selon un sondage Odoxa réalisé pour RTL et publié dimanche 2 février, 53 % des femmes pratiquent au moins une fois par mois une activité sportive contre 49 % des hommes.

À la question « vous-même pratiquez-vous un sport …? », les Françaises sont plus nombreuses que leurs homologues masculins à répondre positivement. Selon un sondage publié dimanche 2 février par l’institut Odoxa, réalisé pour RTL, 53 % d’entre elles indiquent faire du sport au moins une fois par mois, contre 49 % des hommes.

Les femmes répondaient déjà positivement, et plus que les hommes, depuis une précédente enquête datant de juin 2018 (52 % des femmes et 50 % des hommes), mais l’écart continue de se creuser.

42 % des sondées affirment même pratiquer un sport au moins une fois par semaine, contre 40 % de leurs homologues.

Parmi les sports les plus pratiqués par l’ensemble des Français au moins occasionnellement, on retrouve la randonnée (59 %), la natation (40 %) et le cyclisme (33 %). Ces deux dernières activités sont toutefois moins pratiquées que la gymnastique (ou musculation) et la course-à-pied chez les sportifs réguliers.

Des pratiques sportives toujours genrées

Ces activités ne sont pas toutes autant effectuées en fonction du genre. Ainsi, le cyclisme ou le football sont surreprésentés chez les hommes (respectivement 14 et 15 points d’écart avec les femmes), tandis que les femmes sont plus nombreuses à pratiquer la natation (+12 points), la gymnastique (+17 points), la danse (+15 points) ou l’équitation (+4 points) que leurs homologues.

Dans l’ensemble, une écrasante majorité de Français (93 %) considère que « pratiquer une activité sportive régulièrement est aussi féminin que masculin ». Toutefois, 59 % estiment qu’un emploi du temps trop chargé empêche d’atteindre cet objectif.

Les femmes sont bien plus nombreuses que les hommes à penser qu’une contrainte budgétaire est un obstacle à davantage de pratique sportive (64 % contre 46 %) et qu’il n’y a pas assez d’infrastructures sportives près de chez elles (45 % contre 32 %). Enfin, une femme sur trois estime qu' »il n’y a pas assez de pratiquantes ou d’équipe sportive féminine près de chez elles ».

Share