12 November, 2019
HomeOn InformeArtsEdith Piaf, ses failles, ses dérives et ses mensonges

Edith Piaf, ses failles, ses dérives et ses mensonges

«La vie en rose» et sa dépendance à l’alcool et à la morphine

Grasse, le 10 octobre 1963, 13h10. Edith Piaf, 47 ans, pousse son dernier soupir. « Le petit moineau »  ne pèse plus que 30 kilos. Les ravages de l’alcool et de la morphine, auxquels elle vit abonnée depuis des années.

Celle qui fut l’une des plus grandes stars françaises et qui chanta « La vie en rose » deviendra célèbre avec ses chansons tristes. Comme sa vie put l’être.

Elle connaît une jeunesse difficile. Abandonnée par ses parents, elle se retrouve dans la rue à peine adolescente. Elle chante et fait la manche. Elle devient mère à 17 ans. Sa fille, Marcelle, mourra de méningite à l’âge de 2 ans. Abandonnée, comme sa mère avant elle.

« La môme Piaf » est une brindille, elle mesure 1m47. Le gérant du cabaret où elle commence à se produire, Louis Leplée, l’encourage à porter du noir, à jouer de sa fragilité et à cultiver une certaine distance.

Leplée, qui a peaufiné son look emblématique, sa maigreur, son image de fille de rue, sera assassiné et Edith sera suspectée. Avant d’être lavée de tout soupçon.

Alors que sa bonne étoile commence à briller, la Seconde Guerre mondiale éclate. Edith ne se pose pas de questions et chante, comme bien d’autres, pour les Allemands. Ce qui lui vaudra d’être accusée d’être une « collabo ». Et c’est vrai qu’elle se rend deux fois en Allemagne pendant cette période trouble. Une première fois avec Trénet, une seconde avec un groupe d’artistes. A Berlin elle  a rendez-vous avec Goebbels, qui lui téléphone pour la rencontrer. Elle s’y rend mais il annule : une urgence avec Hitler et Göring. Après-guerre, elle affirmera avoir fait évader 118 prisonniers français avec un trafic de fausses cartes d’identité. Mais aucun d’entre eux ne témoignera jamais…

La chanson phare d’Edith, « La vie en rose » a été écrite en 1945, mais elle n’a jamais vécu « cette vie à travers des lunettes roses ». Edith est célèbre mais sa vie personnelle est mouvementée et malheureuse. Elle fait d’Yves Montand une star, lui écrit des chansons et le guide, jusqu’à ce qu’il devienne aussi célèbre qu’elle. Elle rompt alors. Elle collectionne les amants jusqu’à sa rencontre avec Marcel Cerdan, le champion du monde de poids moyen, homme marié et homme à femmes… jusqu’au drame. Cerdan meurt tragiquement dans un accident d’avion en 1949 alors qu’il se rend à New-York. Piaf sombre.

En 1951, elle est victime d’un premier grave accident de voiture, qui marque le début de ses douleurs chroniques. Un bras et plusieurs côtes cassées : on la place sous morphine à laquelle elle deviendra dépendante, comme à l’alcool.

Deux autres accidents de la route lui seront presque fatals et ne feront qu’accroitre ses dépendances.

Edith part en cure de désintoxication à trois reprises avec l’aide de son chanteur amoureux Jacques Pills mais ne parvient pas à « décrocher ». Elle épouse Jacques, qui sera son premier mari, en 1952. Marlene Dietrich est sa demoiselle d’honneur. Le mariage durera 5 ans jusqu’à son divorce. En 1962, un an avant sa mort, Edith épouse Théo Sarapo, un jeune coiffeur grec qui a 20 ans de moins qu’elle. Il devient chanteur, ils se produisent parfois ensemble.

Édith Piaf meurt le 10 octobre 1963 d’une rupture d’anévrisme due à une insuffisance hépatique. Elle est usée par les excès, l’alcool, la morphine, les somnifères, la polyarthrite rhumatoïde et les souffrances de toute une vie. Elle s’éteint dans les bras de Danielle Bonel, sa secrétaire et confidente de toujours.

Dans un premier temps, l’Église lui refuse une messe de funérailles, invoquant son mode de vie. Mais les fans sont là, dans la rue. Ils sont plus de 100 000 à assister aux obsèques. Edith est enterrée au cimetière du Père Lachaise, à Paris. Elle aura finalement droit à des funérailles catholiques dans sa paroisse natale, le 10 octobre 2013, très précisément 50 ans après sa mort.

Edith continue d’avoir un public dédié. « La Vie en rose » est souvent considérée comme le son de Paris et de la France.

Elle s’est comportée comme une rock star.

Elle a brûlé sa vie pour sa passion : la chanson… et les hommes.

Share

Rejoignez la Lettre des Femmes !